Correspondance Maîtresse / Poivre suite à une séance avec 3 soumis

Caly bis 



"Aujourd'hui il y a 2 Maîtresse Caly" m'annonce Maîtresse Caly avec son air mutin. 
Qu'a t elle pu encore imaginer ? Je m'inquiète !  


Cela ne m’empêche pas d'admirer encore une fois sa tenue qu'elle met un point d'honneur à varier à chacune de nos rencontres. Elle est très belle avec un haut noir en tissu léger couvrant ses seins, laissant les épaules nues pour se refermer derrière son cou et une petite jupe en cuir noir, toute simple. Une tenue que j'adore, élégante, légèrement évocatrice, mettant en valeur sa silhouette équilibrée. Ses cheveux scintillaient quand elle passait devant une bougie tandis que ses yeux étincellent en permanence. 


Soudain j'ai compris ! Maîtresse Caly m'avait demandé de mettre une jupe en cuir qu'elle m'avait apportée. La même que la sienne. Elle voulait m'offrir le plaisir de me sentir elle. Quelle classe ! 


Un peu plus tard, je le suis retrouvé attaché à l'anneau qui pendait du plafond, à coté de Sel, prélude au plaisir favori de Caly 1. La petite jupe en cuir que je portais, protégeait mes fesses. Qu'a cela ne tienne, Maîtresse Caly avait apporté son fouet, Le Fouet, El Latigo. Elle le fait claquer comme un coup de revolver avec une habileté diabolique.  


Le temps de prendre la mesure de l'espace disponible, les claquements se rapprochent de mon dos avec un bruit terrifiant. Piqûre de guêpe violente, lorsque le cracker atterri sur mon dos. Les détonations remontent doucement, s'approchent de ma tête. Mes cheveux s'agitent ! Ce n'est pas une caresse, ce ne sont pas les doigts de Maîtresse Caly, c'est l'extrémité du fouet qui explore ma tête. Il est impossible de ne pas être terrifié, même si j'ai une confiance absolu en ma Maîtresse. 


Attachés dans des positions incongrues, Sel et moi sommes des pantins grotesques qui dansons pour le plaisir de notre dominatrice. Je ne peux m’empêcher de penser au tableau de Matisse. 


Soudain on sonne à la porte. Sel se réfugie dans sa cage et moi je retourne dans ma loge de Gardien du Temple. C'est un pénitent venu demander le pardon de ses péchés. 


Tout benoîtement, Maîtresse Caly l'interroge sur ses péchés, s'étonne qu'il ne soit pas venu plus tôt et convient avec lui que la situation est grave. La punition sera sévère ! Fouet, roulette, bougie pinces, électricité l'homme est impassible. Mais ce n'est pas suffisant ! Vient l'épreuve des aiguilles. 


Maîtresse Caly lui applique cette punition autour des seins. Elle appuie doucement l'extrémité de l'aiguille sur la peau qui commence par se creuser puis cède avec un petit plop. L'aiguille s'enfonce ensuite avec douceur, presque tendrement. 


Pinces, protèges aiguille, coton, désinfectant tout vole dans la pièce et nous nous approchons à quatre pattes, Sel et moi pour récupérer le matériel. Pendant ce temps Maîtresse Caly applique sur le sein du pénitent une pompe pour récupérer un peu de sang.   


Sel et moi sommes à genoux entourant notre Maîtresse. Elle lève le réceptacle de la pompe.  
"Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés…."


Je me revois, enfant de coeur, habillé d'une soutane rouge et d'un surplis immaculé entrain de célébrer la messe dominicale.  
Elle est le représentant de Dieu, ayant pouvoir de pardonner les péchés. 



Poivre 


Sel & Poivre



Cher Poivre,



Pour commencer je tiens à te féliciter pour ton debrief et, plus globalement, pour ton comportement depuis quelques semaines. C'est une réelle satisfaction pour la Maîtresse exigeante que je suis de constater que l'énergie que je déploie à ton dressage commence enfin à porter ses fruits car, comme tu le sais, je ne supporte plus de perdre mon temps. Il faut croire que moi aussi je deviens impatiente avec l’âge.

Nombreux sont ceux ou celles qui aimeraient être "Caly" et c'était d'ailleurs un de tes fantasmes le voici donc réalisé. Tu pourras aisément témoigner qu'il ne suffit pas de s'habiller comme moi pour être moi, c'est un peu plus compliqué que ça. Avec ta petite jupe en cuir, tout comme mes autres pâles copies peuvent parfois le faire, tu m'as réellement beaucoup amusée voir attendrie...Je dois quand même avouer que tu as de jolies gambettes dans cette tenue, je songe d’ailleurs à te les couper pour ne pas avoir à te jalouser un jour.

Je voudrais ici rendre un hommage particulier à Hans, ce "pénitent venu demander le pardon de ses péchés" qui n'a hélas pas vos talents d'écriture à Sel ou toi mais qui depuis des années maintenant a compris que j'étais unique car - comme un fameux slogan  - "souvent imité mais jamais égalée". Amis lecteurs n'allez pas penser que j'ai la profonde conviction d'être un fromage, je manque juste d'humilité (ceci étant jusqu'à preuve du contraire je continuerai d'alimenter mon égo surdimensionné ainsi que tous mes autres défauts qui font de moi, finalement, une femme parfaite).

C'est donc confiant qu'il est arrivé pour ce rendez-vous, sachant que ça serait pour lui une nouvelle étape dans son évolution car c'était sa première séance en groupe. Je suis heureuse que toi comme Sel ayez été exemplaires, lui permettant d'être relativement à l'aise et de pouvoir apprécier cette séance. Et c'est pleinement serein qu'il nous a quitté donc bravo à vous deux d'avoir apporter votre contribution à cette recherche intérieure en vous montrant aussi bienveillants et dévoués.

Une nouvelle fois, j'ai passé un moment délicieux et avoir une servante à mon image lors de cette séance en trio m’a beaucoup fait rire et c'est aussi cet échappatoire que je recherche en tant que dominatrice.   En effet, je suis intimement convaincue que le SM ne peut pas se résumer uniquement à la violence, la sévérité, l'humiliation...Nous restons tous des humains quelques soient nos pratiques donc l'humour, la complicité, l'amour me semblent incontournables pour que le cocktail soit savoureux. La subtilité est de savoir trouver les bons ingrédients, de les servir aux bons individus et d’en trouver les bonnes doses pour permettre d’en apprécier tous les arômes.

Je pense pouvoir conclure que devenir barman de la vie ça ne s'invente pas derrière n'importe quel comptoir. Et bien devenir Caly non plus (mais tu peux quand même garder la petite jupe en cuir).


Cravachement,



Ta Maîtresse

Commentaires

  1. Hummm... très jolie évocation des plaisirs brûlants partagés ☺
    Luna T.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maîtresse Caly : Des news

Colors of Caly : Verdé nov 2017

Soumis N. : Avant ma première séance avec Maîtresse Caly