Correspondance Soumis JF le jeune brésilien

Chère Maîtresse,
La journée de jeudi a été interminable. Depuis que je me suis levé jusqu'au moment de notre rencontre, j'ai revécu ma vie dans ma tête. Finalement, l'heure de la séance est arrivée et je me suis retrouvé devant votre donjon. Vous m'avez demandé d'attendre encore cinq minutes. Une éternité pour moi, la première des tortures. Je me suis déshabillé et, les yeux bandés, je me suis livré à vous. Mon corps et mon âme complètement exposés. Vous m'avez inquisitionné avec la même voix ferme qui m'avait déjà déstabilisé la veille, quand vous m'avez appelé. J'étais tendu, je ne trouvais pas mes mots, mais je savais qu'un retour en arrière n'était plus possible.
Une fois le bandeau enlevé, j'ai pu finalement voir à qui appartenait cette voix qui m'avait fait peur. Un corps très féminin et superbe sublimé par un corset, un joli visage aux traits forts, un regard impénétrable, un sourire dévastateur, mais en même temps, une tendresse et une sensibilité étonnantes. Un mélange paradoxal qui m'a laissé sans repères. C'était peut-être votre but : me laisser sans repères pour mieux me guider dans cette nouvelle expérience et dans l'exploration de mes retranchements les plus profonds.
Vous m'avez présenté doucement pendant toute notre séance les divers supplices et vous avez aussi testé mes limites : la première fessée, les premiers coups de cravache, badine et canne, les pinces, la cire chaude et l'asphyxie. Tous exécutés à la perfection et avec beaucoup de précaution.
Je ne serais pas capable de décrire ici toutes les sensations que j'ai senties pendant la séance, mais quelques moments m'ont marqué. Quelques gestes peut-être banals pour vous ont acquis une signification particulière pour moi. Quand vous avez tiré les pinces qui étaient accrochées à mes tétons et m'avez forcé à approcher mon corps du vôtre, j'ai osé affronter votre regard intransigeant pour la première fois, même si mes yeux encore hésitants tentaient de trouver parfois un réconfort dans votre sourire. Quand j'ai laissé tomber les pinces avec les poids en écoutant l'effrayant claquement de votre fouet et quand vous vous êtes moquée de moi avec un éclat de rire sadique, j'ai senti une honte et un plaisir énormes. Quand vous vous êtes occupée de mes blessures dans le genou et dans le dos, quand vous avez sensuellement détaché les cordes qui serraient mes bras, ou quand je me suis agrippé à vos cuisses pour résister à une dernière torture de mes tétons par vos doigts, je me suis senti protégé comme jamais. Quand vous avez mis le sac dans ma tête pour m'asphyxier, j'ai eu peur, mais j'ai eu aussi pleinement confiance en vous. L'asphyxie a été d'ailleurs une métaphore du changement que cette expérience m'a procuré : quand vous avez coupé le sac pour me permettre de respirer à nouveau, vous avez aussi donné un nouveau souffle pour ma vie. Quand vous m'avez donné un tendre et réconfortant baiser sur le front, ce baiser qui a fini la séance et a eu le pouvoir de soulager toutes les douleurs, j'ai voulu vous en donner un aussi en retour.
Le moment suivant, celui de notre échange, a été aussi agréable que la séance elle-même et surtout très important pour moi. Cet échange m'a permis de découvrir un peu mieux la belle femme que vous êtes et aussi d'avoir quelques éléments importants qui permettront peut-être de détacher les nœuds que j'ai créés moi-même dans ma tête pendant toute une vie.
Je suis parti de votre donjon soulagé et libre. Même si les doutes persistent encore, les blessures du corps ont déjà certainement apaisé quelques inquiétudes de l'âme. Les marques que vous avez laissées dans mon corps s'estomperont, celles que vous avez laissées dans ma vie ne s'effaceront jamais. Dans votre donjon et en votre compagnie j'ai pu exister pleinement : parce que quand le monde m'a dit « tu es fou », vous m'avez dit « tu es libre ». C'est avec un recul de quelques jours qui se sont passés depuis notre séance et avec un sourire que lie mes deux oreilles que je vous dis : ma dette avec vous est éternelle. Merci, Maîtresse Caly.
J'espère un jour pouvoir vous retrouver. Je vous souhaite le meilleur dans votre vie.

Respectueusement,

JF

***

Cher J.F.

Merci pour ce très beau débriefing de notre rencontre qui fût, pour moi aussi, assez exceptionnelle.

Comme je te l’ai déjà dit, je n’ai jamais exprimé le désir de recevoir un “jeune patient”, préférant dominer des hommes bien plus vieux que moi. Sans doute un lien étroit avec les hommes qui m'attirent en général ou un besoin de prendre le pouvoir sur quelqu'un de plus mure.

Il se trouve que j’ai été touchée par ton intérêt et ta lettre de motivation. Toi, si jeune, et pourtant déjà si motivé au point d’avoir fait une multitude de recherches avant de trouver celle qui ouvrirait ta boîte de pandore.

Touchée aussi qu’avant de venir me voir tu ais lu tous mes textes sur mon blog et que tu en ais compris le sens et les subtilités. Il n’est pas donné à tout le monde de comprendre la profondeur d’une relation sadomasochiste. C’est pour cette maturité que j’ai décidé d’aller à l’encontre de mes habitudes et de t’accorder une séance mais je ne pensais pas que tu viendrais.


Entre le fantasme et la réalité nombreux sont ceux qui ne franchissent pas le cap d’autant plus lorsqu’ils sont aussi jeunes que toi. Je ne pensais pas qu’un “gamin” de 23 ans, qui plus est brésilien, aurait ce courage et pour changer un peu, je me suis trompée. Comme quoi, tout arrive un jour…Et je te rassure, la barrière de la langue n'a pas été un gros problème vu ton excellent niveau de français.

Les hommes qui viennent me voir sont souvent surpris je que corresponde aux photos qu’ils ont vu, tellement de dominas oublient de mettre à jour leurs photos qui datent souvent d'il y a 15 ans  (!!!) et j’ai été ravie que tu sois déstabilisé tant par mon physique que par mon donjon qui reste, avouons-le, un endroit assez exceptionnel. Deux éléments perturbateurs qui n'ont fait qu'accroître les émotions de cette expérience.

Souvent habituée aux soumis plus ou moins expérimentés, j’ai réellement pris beaucoup de plaisir à te faire découvrir pour la première ces supplices inconnus pour toi. Une excitation partagée, comme une défloraison du corps et de l’esprit. Tu sais maintenant que plus rien ne sera jamais comme avant...

Rares ont été les séances m'ayant procurées autant de bonheur et de joie. C'est un peu comme si je donnais vie à un enfant, que je lui retirais toutes ces couches superficielles souillées par le carcan de l'éducation et de la société, afin qu'il atteigne ce qu'il est profondément. Je reprends ta phrase, très juste : "le monde m'a dit « tu es fou », vous m'avez dit « tu es libre » et ne serait-ce que pour cette formidable révélation, je suis flattée d'avoir été celle qui a commencé à t'apporter un début de réponse.

Tu es arrivé en criant haut et fort que tu étais masochiste et je te le confirme, j'imagine déjà ce que pourrait donner une belle relation permanente avec une jolie frimousse et un regard de braise comme le tien. Quel dommage que tu doives repartir dans ton pays bientôt, je me serais régalée à t'éduquer et j'espère que tu tomberas sur une personne à la hauteur de ton intelligence et de l'investissement que tu es, de toute évidence, capable d'offrir à une dame qui saura à son tour te driver dans ce monde obscur.

Quoi qu'il en soit, lorsque tu reviendras, n'hésites pas à revenir me voir. Qui sait, la place et ce collier seront peut être toujours vacant l'année prochaine et je verrais alors si je m'étais trompée ou non sur ton compte...

En attendant les quelques mois qui nous séparent de ton retour au pays, mon donjon t'es grand ouvert mais ne croit pas que je serai toujours aussi douce, c'était un 1er rendez-vous de mise en condition bien prometteur mais qui augmentera avec l'assiduité et l'amour qui se développera entre nous.

A très vite.

Cravachement,
Maîtresse Caly










Commentaires

  1. Très beaux textes, d'une incroyable beauté, on y sent la liberté. Merci à vous deux pour cette belle lecture.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maîtresse Caly : Des news

Soumis N. : Avant ma première séance avec Maîtresse Caly

Colors of Caly : Verdé nov 2017